2 Oct 2013

Eight independent UN human rights experts call for immediate halt to POSCO steel project / Huit experts indépendants des droits humains des Nations unies appellent à l’arrêt immédiat du projet POSCO

Eight independent UN human rights experts call for immediate halt to POSCO steel project / Huit experts indépendants des droits humains des Nations unies appellent à l’arrêt immédiat du projet POSCO

Author: Ekta Europe Admin  /  Categories: News  /  Rate this article:
No rating

Eight independent UN human rights experts call for immediate halt to POSCO steel project in eastern India citing serious human rights concerns. (in French below)

See the UN OHCHR press release and further links below

India: Urgent call to halt Odisha mega-steel project amid serious human rights concerns

GENEVA (1st October 2013) –Construction of a mega-steel plant in Odisha in Eastern India should be halted immediately, United Nations independent human rights experts* have urged, citing serious human rights concerns. The project reportedly threatens to displace over 22,000 people in the Jagatsinghpur District, and disrupt the livelihoods of many thousands more in the surrounding area.    

“The construction of a massive steel plant and port in Odisha by multinational steel corporation POSCO must not proceed as planned without ensuring adequate safeguards and guaranteeing that the rights of the thousands of people are respected,” the group of eight experts stressed.

While India has the primary duty to protect the rights of those whose homes and livelihoods are threatened by the project, the experts underlined that “POSCO also has a responsibility to respect human rights, and the Republic of Korea, where POSCO is based, should also take measures to ensure that businesses based in its territory do not adversely impact human rights when operating abroad.”

The UN independent experts brought their concerns to the attention of both Governments and the corporation involved following allegations of human rights abuses and potential negative human rights impacts linked to the project.

“Forced evictions constitute gross violations of human rights,” said the UN Special Rapporteur on adequate housing, Raquel Rolnik, “and may only be carried out in exceptional circumstances and in a manner consistent with human rights law, including after a genuine consultation, without leaving people homeless or vulnerable to further human rights violations.”

The UN Special Rapporteur on the right to food, Olivier De Schutter, warned that the forcible removal of people from their lands could be tantamount to depriving them of their means of subsistence. “People who would be evicted for the POSCO project have relied on their lands for generations in order to obtain adequate food and sustain themselves and their families,” he said.

“People should not be impoverished in the name of development; their rights must take precedence over potential profits,” stressed the UN Special Rapporteur on extreme poverty and human rights, Magdalena Sepúlveda. “Projects such as these, with such a large potential impact on the rights of people living in poverty, must not go ahead without the meaningful participation, consent and involvement of the community affected.”

The Special Rapporteur on water and sanitation, Catarina de Albuquerque, pointed out that “nearby Indian residents’ access to safe drinking water and sanitation must be guaranteed and prioritized ahead of the water required for large-scale investment projects.” The POSCO steel project would withdraw every day an estimated 38 million litres (10 million gallons) of water from the water sources that supply the nearby cities of Cuttack and Bhubaneswar.  

According to the UN Special Rapporteur on freedom of peaceful assembly and association, Maina Kiai, “people in the project-affected area have reportedly been subjected to violence, harassment and intimidation, as well as arbitrary detentions and false charges, as a result of their activities to assemble peacefully and collectively defend their human rights.”

“Respect for human rights requires transparent and accountable institutions and governance as well as the effective participation of all individuals and civil society, who are an essential part of realizing social and people-centred sustainable development,” the UN Independent Expert on the promotion of a democratic and equitable international order, Alfred de Zayas, noted.

“People who live in villages around the plant and derive their livelihood from the surrounding forest land have repeatedly expressed their concerns regarding damage to the forest area,” said the UN Special Rapporteur on the right to health, Anand Grover. “People’s right to live in a healthy environment, an integral part of the right to health, may also be at stake due to the plant, but their protest against it has been disregarded.”

States have primary obligations to ensure the enjoyment of human rights within their territories. This includes the duty to protect against human rights abuse by third parties, including business enterprises. “We call on the government of India to live up to its ‘duty to protect’ and suspend the POSCO project while the alleged human rights concerns are being examined and addressed,” the experts said.

They also urged POSCO to exercise human rights due diligence throughout all stages of their activities, to ensure meaningful consultations with potentially affected stakeholders, to carry out a human rights impact assessment and to act on and incorporate its findings into the project operations in order to avoid, mitigate and ensure remedy for any potential or actual human rights impacts, as required by the UN Guiding Principles on Business and Human Rights.

“We are encouraged by our initial dialogue with the Government of the Republic of Korea regarding this issue, and we urge the Government of India to respond to our concerns to ensure that the human rights of the affected people are fully respected and protected,” they said.

“In entering into investment agreements and promoting business activities, States must respect their duties under international human rights law,” the UN independent experts stressed. “Unless full compliance with international human rights standards is ensured, the project should not proceed as planned.”

(*) The UN Special Rapporteur on human rights and extreme poverty, Magdalena Sepúlveda; the UN Special Rapporteur on adequate housing, Raquel Rolnik; the UN Special Rapporteur on the right to food, Olivier De Schutter; the UN Special Rapporteur on the human right to water and sanitation, Catarina de Albuquerque; the UN Special Rapporteur on the rights to freedom of peaceful assembly and of association, Maina Kiai; the UN Independent Expert on the promotion of an equitable and democratic international order, Alfred de Zayas; the UN Special Rapporteur on the right to health, Anand Grover; Working Group on the issue of human rights and transnational corporations and other business enterprises, Pavel Sulyandziga (Chair).

ENDS

For more information and media requests related to the OHCHR press release, please contact Karima Jambulatova (+41 22 917 9763kjambulatova@ohchr.org)

 

For media inquiries for ESCR-Net, please contact escr-net @ escr-net.org

External link to OHCHR page.  

 

For more information (hyperlinks):

The Price of Steel’ Report by ESCR-Net & IHRC 

‘Investing in Abuse’ Video

Bank Track ‘Dodgy Deal’ Profile for POSCO

Related media


ARTICLE EN FRANçAIS (TRADUCTION JACQUES VELLUT):

Huit experts indépendants des droits humains des Nations unies appellent à l'arrêt immédiat du projet d'aciérie de POSCO
 

Huit experts indépendants des droits humains des Nations unies appellent à l'arrêt immédiat du projet d'aciérie de POSCO en Inde orientale, invoquant des préoccupations graves concernant les droits humains.

Voir le communiqué de presse du HCDH de l'ONU et d'autres liens ci-dessus
Inde: Appel urgent de mettre un terme au projet acier méga Orissa pour cause de préoccupations graves an matière de droits humains

GENEVE (1er octobre 2013) – Des experts indépendants (*) des droits de l'homme de l'ONU ont demandé que la construction d'une méga-aciérie en Odisha (Inde orientale) soit stoppée immédiatement, invoquant des préoccupations graves en matière de droits humains. Le projet menace de déplacer plus de 22.000 personnes dans le district de Jagatsinghpur, et de perturber les moyens de subsistance de plusieurs milliers d'autres dans les environs.

"La construction d'une importante aciérie et d'un port en Odisha à l'initiative de la multinationale POSCO ne peut se poursuivre sans les garanties appropriées et le respect des droits des milliers de personnes", souligne le groupe de huit experts.

Alors que l'Inde a le devoir primordial de protéger les droits de ceux dont les maisons et les moyens de subsistance sont menacés par le projet, les experts ont souligné que "POSCO a également la responsabilité de respecter les droits de l'homme, et la République de Corée, où POSCO est basé, devrait également prendre des mesures pour veiller à ce que les entreprises implantées sur son territoire n'aient pas d'incidence négative sur les droits de l'homme lorsqu'elles opèrent à l'étranger".

Les experts indépendants de l'ONU ont fait part de leurs préoccupations à l'attention des deux gouvernements et de la société concernée, suite à des allégations de violations des droits de l'homme et d'impacts du projet potentiellement négatifs pour les droits de l'homme.

"Les expulsions forcées constituent des violations flagrantes des droits de l'homme", a déclaré le Rapporteur spécial de l'ONU pour le logement, Raquel Rolnik , "et ne peuvent avoir lieu que dans des circonstances exceptionnelles et dans le respect des lois sur les droits de l'homme, ce qui comprend l'obligation d' une véritable consultation, et sans que les populations puissent être laissées sans abri ou vulnérables à d'autres violations des droits de l'homme".

Le Rapporteur spécial de l'ONU sur le droit à l'alimentation, Olivier De Schutter, a averti que le déplacement forcé des populations de leurs terres reviendrait à les priver de leurs moyens de subsistance. "Les gens qui seraient expulsés pour le projet POSCO dépendant de leurs terres depuis des générations pour obtenir une nourriture suffisante et soutenir leurs familles", a-t-il déclaré.

"Les gens ne devraient pas être appauvris au nom du développement, leurs droits doivent l'emporter sur les bénéfices potentiels", a souligné le Rapporteur spécial des Nations Unies sur l'extrême pauvreté et les droits humains, Magdalena Sepúlveda. "Des projets comme ceux-ci, avec un si grand impact potentiel sur les droits des personnes vivant dans la pauvreté, ne peuvent être réalisés sans le consentement et la participation active de la communauté touchée."

Le Rapporteur spécial pour l'eau et l'assainissement, Catarina de Albuquerque , a souligné que "l'accès des proches résidents indiens à l'eau potable et à l'assainissement doit être garanti et constitue une priorité par rapport à l'eau nécessaire pour les projets d'investissement de grande envergure". Le projet de l'aciérie POSCO consommerait chaque jour environ 38 millions de litres (10 millions de gallons) d'eau à partir des sources d'eau qui alimentent les villes voisines de Cuttack et Bhubaneswar.

Selon le Rapporteur spécial de l'ONU sur la liberté de réunion pacifique et d'association, Maina Kiai, "les gens de la région affectée par le projet auraient été victimes de violences, de harcèlement et d'intimidation, ainsi que des détentions arbitraires et de fausses accusations, à la suite de leur activités visant à se rassembler pacifiquement et à défendre collectivement leurs droits de l'homme."

"Le respect des droits de l'homme exige des institutions et une gouvernance transparentes et responsables, ainsi que la participation effective de tous les individus et de la société civile, ce qui représente une part essentielle pour le développement durable social et centré sur la population locale", note l'expert indépendant des Nations Unies pour la promotion d'un ordre international démocratique et équitable, Alfred de Zayas.

"Les gens qui vivent dans les villages autour de l'usine et tirent leur subsistance de la forêt environnante ont exprimé à plusieurs reprises leurs préoccupations concernant les dommages à la forêt", a déclaré le Rapporteur spécial de l'ONU sur le droit à la santé, Anand Grover. "Le droit des peuples à vivre dans un environnement sain, une partie intégrante du droit à la santé, peut également être menacé à cause de cette usine, mais leurs protestations ont été ignorées."

Les États ont l'obligation première de garantir la jouissance des droits de l'homme sur leur territoire. Cela comprend le devoir de protéger contre les abus des droits humains par des tiers, y compris les entreprises. "Nous appelons le gouvernement de l'Inde à respecter son "devoir de protection" et à suspendre le projet POSCO en attendant que les allégations en matière de droits de l'homme sont examinées et prises en compte", ont déclaré les experts.

Ils ont également exhorté POSCO à être vigilent sur les droits humains à tous les stades de leurs activités, à mettre en place de réelles consultations avec tous les acteurs potentiellement concernés, à procéder à une évaluation de l'impact sur ​​les droits humains, à agir sur et à intégrer ses conclusions dans la mise en œuvre du projet, afin d'éviter, d'atténuer et de remédier à tous les impacts réels ou potentiels sur les droits humains, tel que requis par les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux droits des entreprises et aux droits humains.

"Nous sommes encouragés par notre premier dialogue avec le Gouvernement de la République de Corée en ce qui concerne cette question, et nous exhortons le Gouvernement de l'Inde de répondre à nos préoccupations afin de s'assurer que les droits de l'homme des personnes affectées soient pleinement respectés et protégés", ont déclaré les experts.

"Lorsqu'ils concluent des accords d'investissement et qu'ils encouragent des activités commerciales, les États doivent respecter leurs obligations en vertu du droit international des droits humains", ont souligné les experts indépendants de l'ONU. "S'il ne respecte pas les normes internationales relatives aux droits humains, le projet ne devrait pas se poursuivre comme prévu."

(* ) Le Rapporteur spécial de l'ONU sur les droits de l'homme et l'extrême pauvreté , Magdalena Sepúlveda, le Rapporteur spécial des Nations unies sur le logement convenable, Raquel Rolnik, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l'alimentation, Olivier De Schutter, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit de l'homme à l'eau et à l'assainissement, Catarina de Albuquerque, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits à la liberté de réunion pacifique et d'association, Maina Kiai, l' Expert indépendant des Nations Unies sur la promotion d'un ordre international démocratique et équitable, Alfred de Zayas, le Rapporteur spécial de l'ONU sur le droit à la santé, Anand Grover, le Groupe de travail sur la question des droits de l'homme et des sociétés transnationales et autres entreprises, Pavel SULYANDZIGA (président).

 

Number of views (13233)      Comments (0)

Please login or register to post comments.